facebook twitter google youtube
Vous êtes ici : Accueil » PUBLICATIONS » Newsletter » Newslleter Août 2007

Newslleter Août 2007


N°005 Août 2007

La Pendjari, une Réserve de Biosphère aux secrets écothérapeutiques depuis 1986 !

LE VISAGE TRANSITOIRE DE LA PENDJARI A MOITIE TARIF

Le retour des pluies après un long moment d’absence, est salué par la grande et la petite faune du parc de la Pendjari. Déjà, les coassements de toute sorte se sont ajoutés à la gamme des mélodies nocturnes que les criquets et grillons se plaisent à distiller tous les soirs.

Chez les insectes, la prolifération est remarquable et les activités très intenses. Rassurés par la grande humidité du sol, les reptiles s’aventurent hors de leur cachette comme pour se défouler et changer de menu. Les oiseaux, de taille et couleur diversifiées, sont les plus remarqués. Ils sont présents à tout endroit du parc avec leurs chants qui toujours suscitent le désir de voir d’où part un tel son.

Les mammifères quant à eux sont très vigoureux et semblent saluer le retour des pluies. Finies les corvées où il faut mettre sa sécurité à l’épreuve sur des centaines de mètres avant d’avoir de l’herbe grâce et un peu d’eau pour s’abreuver. Tout se trouve à proximité et on se fatigue moins.

Les amateurs de photographie sont invités à se munir du matériel adéquat pour bien observer et transporter ces merveilleuses images car ce visage transitoire du parc vaut le coup d’être vécu et possédé.

Les visites au parc de la Pendjari se poursuivent et actuellement, les tarifs d’entrée sont réduits de moitié. L’hôtel pendjari est fermé mais le Camp NUMI de Batia vous propose un service complet appréciable.

LA COGESTION, UNE EXPERIENCE REUSSIE AU PARC PENDJARI


Dans l’optique d’une implication plus efficace de la population villageoise aux activités du Parc National de la Pendjari, il a été créé des Associations Villageoises de Gestion des Réserves de Faune (AVIGREF). Ce sont donc des organisations des villages riverains et partenaires directs de la Direction du Parc dans la gestion de la Réserve de Biosphère de la Pendjari. Elles ont vu le jour depuis 1996. L’initiative était née dans le contexte de la profonde dégradation anthropogène dont était victime la Réserve du fait du braconnage, du défrichement, des feux de brousse non contrôlés et du pastoralisme sauvage.

Aujourd’hui, les AVIGREF jouent plusieurs rôles déterminants dans la gestion de la réserve à savoir :

• la participation aux prises de décision dans les domaines de co-gestion, répartition des redevances, sélection de guides touristiques, création des emplois directs (gardes, entretien de l’infrastructure), développement de produits agricoles et artisanaux, mise en oeuvre de projets autonomes (représentations musicales et danse), coopération avec le secteur privé.
• le développement des formes de bénéfices accessibles pour un grand nombre de villageois.

Grâce à ce fort partenariat, des subventions et micro crédits (Cf. Graphe A) sont mis en place avec une assistance technique pour promouvoir des activités génératrices de revenues, orientées vers une diminution de la pression sur les ressources de la réserve.

La cogestion a donc fait émerger dans la région une véritable organisation paysanne professionnelle qu’est l’union des AVIGREF. Elle est en mesure de gérer ses propres affaires et de fonctionner de façon moderne. Elle tient régulièrement ces assemblées générales annuelles, soumet au vote son plan d’action et son budget et dresse des bilans financiers.

Les redevances annuelles accordées à cette organisation depuis 2001 sont en progression pour le bonheur des riverains.

Selon les résultats d’une étude récente, les dépenses des ménages autour de la réserve de la Pendjari ont augmenté de 11% (hormis l’inflation) entre 2002 et 2006, pendant que les ménages dans le reste de l’Atacora ont vu leurs moyens chutés.

LA PENDJARI AU PIC DE SA SOMPTUEUSE VERDURE

Ça y est ! On peut maintenant dire sans hésitation que la saison des pluies est de retour au parc de la Pendjari. De la fin du mois de juillet à ce jour, il a plu fréquemment et cause de la forme du relief, la submersion des zones de basse altitude a commencé.

Actuellement, l’heure est à la renaissance d’un autre visage du parc Pendjari. Que ce soit les masses d’eaux saisonnières, les végétaux et même le paysage, tout, dans une intense activité, se recombine.

Les canaux conducteurs des eaux de ruissellement ainsi que les ponts asséchés ont retrouvé ce liquide précieux qui, rien que par sa présence, marque un rebondissement de la vie de tout écosystème, surtout après un long moment d’absence. Progressivement, la végétation reconquiert son territoire et toute sa somptueuse verdure qu’elle a dû céder sous le poids de l’aridité de la sécheresse. Le paysage, à la façon d’un reptile qui mue, renaît à son tour.

Au sein de cette verdure qui semble toucher le ciel à des endroits donnés, on peut écouter l’écoulement des eaux à travers les rochets, observer des fleurs de forme et couleurs différentes et bien d’autres merveilles que la nature veut bien offrir au savoir des Hommes.

Notre planète chauffe, compensez vos émissions de CO2 en participant à la plantation de palétuviers au Lac Ahémé avec Benin Ecotourism Concern : contact@ecobenin.org

Adresse
Parc National de la Pendjari
BP : 32. Tanguiéta, Bénin
Tél. :(00229) 23 83 00 85
Fax : (00229) 23 83 00 65
email : pendjari@gmx.net / contact@pendjari.net
web : www.pendjari.net


Dans la même rubrique

  Newsletter Février-Mars 2009

  Newsletter novembre 2008

  Newsletter octobre 2007

  Newsletter Septembre 2007

  Newslleter Août 2007

0 | 5

English version
Partenaires

TripAdvisor
Ecrivez un avis sur votre visite du Parc Pendjari